Motif Japonais #4 - Kikkô

Kikkô pattern

kikkomon_motif_washi_chiyogami_japanese_pattern_washibox.jpg

 

Le motif kikkô 亀甲 (ou kikkômonyô) est inspiré des écailles (kô 甲) de tortue (ki, kame 亀). Ce motif est extrêmement populaire au Japon car il appartient à la paire animale auspicieuse dite “Chôju” (長寿, longue prospérité) que sont la grue et la tortue (Tsurugame).

L’origine du motif remonte à l’époque Nara (8e siècle), et l’importation de l'ésotérisme et coutumes des dynasties chinoises. Par exemple, le motif kikkô se retrouve sur un plateau de jeu de go datant de cette époque (et exposé au Shosho-in à Nara). Puis le motif s’est transmis jusqu’à l’époque Heian et sa vie de court très riche. Durant cette époque, le kikkô fut utilisé comme motif distinctif pour les nobles et érudits faisant partis de la court impériale. L’ensemble du protocole de la cour est appelé en japonais yûsoku 有職, et les motifs (dont le kikkô) utilisés dans ce protocole, les yûsoku monyô (文様 monyô=motif). A la suite de nombreuses guerres qui fragilisèrent la vie de cour, les protocoles furent abandonnés jusqu’à l’époque Edo et le shogunat des Tokugawa où le motif de kikkô redevient populaire via les kimono du Nô et du kabuki (encore le kabuki à la rescousse!).

Le motif kikkô se décline en une variante hexagonale souvent avec une châtaigne d’eau (hishi 菱, un autre motif classique japonais pour un autre article!), ou à trois branches (bishamon kikkômonyô 毘沙門亀甲文様) porté sur l’armure du dieu Bishamon.

Si vous êtes adepte de la cuisine japonaise, vous reconnaîtrez ce motif sur les bouteilles de sauce soja de la marque Kikkoman, qui joue sur le mot kikkômon (紋 mon= emblême) et en fait son logo ;) 

Motif Japonais #3 - Asanoha

Asanoha 麻の葉

asanoha-japanese-pattern-washi-papier-japonais.jpg

Le motif asanoha (prononcer assa-no-ha) représente des feuilles (ha 葉) de chanvre (asa, ma 麻). Le chanvre ayant la réputation de pousser vite et robuste sans trop d’effort, les Japonais avaient coutume d’utiliser ce motif sur des amulettes (mayoke 魔除け) de naissance et des langes pour bébé.

Le chanvre (grand chanvre, taima 大麻) est une plante endémique de l’Asie, et du Japon, dont l’usage comestible et vestimentaire remonte à plus de 2000 ans. Le chanvre est encore utilisé aujourd’hui, notamment pour fabriquer du washi. Les premières traces du motif asanoha sont apparentes sur les dorures (kirikane 切金) de bouddhas de l’époque Heian (je n'ai pas encore trouvé d’image illustrant ce fait).

Puis, le motif se retrouve sur les bodhisattvas, la laque, l’architecture, la teinture des époques suivantes (Kamakura, Muromachi…). Mais c'est véritablement durant l’âge d’or du kabuki pendant l'époque Edo (cf. illustration ci-dessous; on commence à connaître 😉 ) que le motif asanoha devient populaire (notamment via les kimono de l’acteur de 5e génération Iwai Hanshiro). Aujourd'hui, le motif est toujours aussi populaire auprès des Japonais (qui en carrelent leur salle-de-bain!), et partout dans le monde, c'est le motif classique japonais par excellence :) 

Pour l’anecdote, bien que le chanvre eut été cultivé en quantité depuis des siècles et faisant partie de la tradition du Japon, la restriction (extrêmement sévère depuis 1953) des drogues au Japon a provoqué le déclin de la production. Le washi fait à partir de chanvre japonais est aujourd’hui soit cher, soit produit à partir de chanvre importé.

Si vous êtes à la recherche de papiers aux designs japonais, je vous propose de nouveaux motifs tous les mois avec la Washi Box :) 

Références
http://kimono-story.com/416.html
http://www.kabuki-bito.jp/special/lixil/16/no1.html
https://ja.wikipedia.org/wiki/%E5%A4%A7%E9%BA%BB%E5%8F%96%E7%B7%A0%E6%B3%95
Cliquez sur les photo pour voir leur source.

Motif Japonais #2 - Yagasuri

Yagasuri - 矢絣

yagasuri-japanese-pattern-washi.jpg

Le motif yagasuri (parfois yabane 矢羽根), représente les plumes (羽根 hane) d’une flèche (矢 ya). A l’époque Edo, ce motif était à l’origine utilisé lors du tissage de kimono de mariage. La flèche figurait le destin de la femme mariée qui quittait ses parents pour vivre dans une autre famille sans revenir.

Puis, vers la fin de l’époque Meiji et le début de Taisho, le motif devint très populaire auprès des jeunes filles terminant leurs études. On en voit souvent dans les films et les séries qui se déroulent durant ces périodes (photo ci-dessous, le drama Asa ga kita- Demain est venu)

Le kanji 絣 (-gasuri) fait référence à la technique de tissé teint sur coton Kasuri (je vous renvois à l’article de Cécilia sur sa visite d’un atelier de kasuri à Totori) qui fut plus tard remplacé par la technique Meisen sur soie (isesakimeisen, isesakigasuri), durant Meiji et la mécanisation des métiers à tisser.

Motif Japonais #1 - Seigaiha

#1 Seigaiha - 青海波

seigaiha-papier-japonais-washi-chiyogami-motif.jpg

Le motif seigaiha (prononcer sé-gaï-ha) représente les vagues (波 nami, wa) de la mer (海 umi, hai) bleue (青 ao, sei). Le sens apporté par ce motif est celui d'éternité, comme les vagues sans cesse arrivant de l'océan qui s'étend à l'infini. C'est un motif très classique du papier Edo-chiyogami. On le retrouve aussi beaucoup sur des papiers d'emballage pour des objets/produits liés à la mer.

Le motif prend apparement son origine en Perse (l'Iran d’aujourd’hui) pendant la dynastie des Sassanides (224-651) (NB - j'ai pas encore trouvé de motif perse originel; quand ça sera le cas, je ferai une update de ce post). Le motif est parvenu au Japon durant la période Asuka (6e. & 7e.), par la route de la Soie en transitant par la Chine. Le mot japonais dérive en effet du chinois qing-hai-bo (j'ai pas mis les tons pour faire simple :P).

Le seigaiha est à la base une danse (舞楽 bugaku) du répertoire des musiques sacrées Gagaku 雅楽, une forme d'art musical à l'époque Heian (8e-12e) venu...de la Chine, bien entendu! Deux danseurs balancent lentement les bras pour donner aux longues manches de leur kimono un mouvement figurant des vagues. La danse seigaiha est notamment évoquée dans le chapitre 7 ('Momijiga' 紅葉賀, La Fête des Erables) du roman 'Le Dit du Genji' (écrit pendant Heian) lorsque le héro du roman, Genji, exécute la danse.

J'ai dit mal à trouver une image datant d'Heian illustrant une danse seigaiha avec des costumes ayant le motif. Mais le texte du Dit du Genji précise que le  (袍, sur-veste de kimono portée enfilée sur la manche gauche par les danseurs; cf. image ci-dessus) et les sabres des danseurs arborent des broderies et gravures de vagues et d'oiseaux chitori (千鳥; un autre motif classique pour un prochain post), qui contrastent très joliment avec la scène du feuillage rouge et or des érables. Ce qui est plutôt sûr, c'est que les danseurs de l'époque Edo (17e-19e) portaient bien des habits ornés de ce même motif de broderie, et que le nom de la danse s'est transféré à ce moment là.

Le seigaiha se décline en de nombreuses variations de couleur ou de traits, ou même avec des florescences de chrysanthème. Il existe aussi un motif ressemblant au seigaiha, mais qui représente la peau finement cranté de requin (un autre motif pour un prochain post). Le plus cocasse est que le motif de seigaiha est maintenant plus connu dans le monde entier pour signaler un réseau Wi-Fi (un réseau sans fil par onde/vague)!

Si vous êtes à la recherche de papiers aux designs japonais, rendez-vous sur la Petite Boutique du Papier Japonais: http://chiyogami-touch.alittlemercerie.com

Bye 2016 ... Bonjour 2017 !

Avec un peu de retard, je vous souhaite une très Bone Année 2017 ! J'espère que les festivités ont été joyeuses et heureuses :) 

Ce passage à 2017 est une occasion de faire un peu le point ce que j'ai pu accomplir - ou non - en 2016 avec la Washi Box et Chiyogami touch. Etant donné que mon temps a été accaparé par mon travail de thèse, il y a eu peu de place pour la créativité. Enorme frustration! Mais c'est bientôt fini, car j'ai soumis mon mémoire récemment. Mon esprit est un peu plus libre et léger pour laisser parler mes petits doigts. Et réfléchir à ce que je souhaite faire pour l'année à venir ! 

En 2016, du côté des visites d'ateliers et boutiques de washi intéressantes, j'ai fait de merveilleuses rencontres. En Mars, je suis allée voir l'atelier papier Fukunishi Washi Kompo, dans la préfecture de Nara. J'ai pu voir M.Fukunishi fabrique l'udagami. En Mai, j'ai fait un joli tour des papeteries de la ville: Isetatsu, Haibara, Tanaka Washi, Ozu Washi, que vous avez pu suivre sur mon compte Instagram: @emilie_washi. J'ai vu et collectionné des merveilles ce jour-là. Puis en Juillet, j'ai profité d'un court wee-end sur l'île d'Awaji pour visiter l'atelier Washi Kobo Sho-Roku. L'artisan, M.Okuda fabrique le seul washi de lîle, l'Awaji-tsunagami. 

Côté créatif, je me suis surtout contenté de trouver des idées créatives et DIY sympa pour la Washi Box (la plupart sont à retrouver sur les pages de ce blog). Je n'ai malheureusement pas eu plus de temps pour faire mieux. Cela a été pareil pour la communication via les réseaux sociaux ou le blog...Peu d'articles de fond, je faisais majoritairement du partage 'sur le moment' via ma page Facebook. C'est bien dommage car j'avais entrepris la rédaction de gros articles sur les différents papier japonais à motifs. Un travail de recherche et un dossier aussi gros que ma thèse en fait! 

C'est donc sur la Washi Box que j'ai consacré mes efforts et le peu de temps que j'avais. A défaut de pouvoir faire autre chose, j'ai essayé de communiquer au mieux via la sélection de papiers. En utilisant chaque opportunité de déplacement, j'ai pu réunir de jolis papiers que je vous proposais dans la box. Et apparement, vous avez les beaucoup appréciés! Un grand merci pour vos messages!

Malgré cela, j'ai quand-même encore beaucoup de questions sur ce que devrait être la Washi Box et surtout, comment elle pourrait plaire à tous. A la suite du questionnaire envoyés aux abonnés passés et présents, j'ai pu avoir un meilleur aperçu de ce qui se faisait, ou pas, de la Washi Box. Pour être franche, cela remet beaucoup en question le concept de la box...C'est difficile d'appliquer à un produit d'artisanat comme le papier japonais, ce qui ce fait pour...du thé ou du maquillage! Il y aura donc possiblement des changements pour la Washi Box.

Pour 2017, il va falloir se remonter les manches. Parce qu'il y a pas mal de retard à rattraper si je souhaite faire de la Washi Box un véritable projet professionnel (= qui mette du pain sur la table!). Va falloir explorer, découvrir, photographier, vidéoter (!) et communiquer beaucoup plus! La mission de 2017, c'est donc de vous faire aimer...non, adorer le papier japonais :) Et vous, qu'est-ce que vous attendez de mon travail? Est-ce qu'il y a des choses que vous aimeriez voir naître ou développer sur Chiyogami touch et Washi Box?

En attendant de lire vos réponses, je vous souhaite encore une chaleureuse année 2017, année du coq au Japon ! ^_^/🐓 🐔

L'idée cadeau sympa à la dernière minute

Comme tout le monde, je dois penser à des cadeaux de dernière minute pour les fêtes. Parfois, je trouve bien pratique les cartes-cadeau. Mais je trouve plus ludique si ce genre de cadeau est un peu plus spécifique qu'un bon d'achat de 50€ à la fnac (quoique, j'adore la fnac et y a toujours un livre qu'on a envie de lire là-bas). 

Enfin, si vous cherchez une idée de dernière minute, je vous donne un coup de pouce avec le petit kit à imprimer pour offrir un abonnement de 3 mois à la Washi Box :) J'ai fait un joli petit kit-cadeau à imprimer et à déposer au pied du sapin :) 

Comment ça marche?
1/ Achetez un abonnement de 3 mois pour la personne de votre choix sur le lien suivant : https://plasso.com/s/WhDZ2y8rIH
2/ Renseignez l'adresse de cette personne (dans "shipping address")
3/ Téléchargez et imprimez le kit-cadeau. Découpez l'enveloppe, remplissez le message. Déposez au pied du sapin. Le kit-cadeau est à télécharger ici: lettre & enveloppe.

Si vous avez prix l'abonnement avant le 31 Décembre, la personne recevra sa 1ère Washi Box dans la 2ème semaine de Janvier. 

10 Idées de Décoration pour Sapin de Noël en Papier Japonais

Noël approche, et pour ceux que ça enchante, c'est aussi l'heure de faire son sapin de Noël! Si vous êtes en manque d'idée pour le décorer, je vous donne une astuce: mettez-y du washi!

Les pliages d'origami sont une source intarissable pour créer des suspensions pour le sapin. Mais d'autres pistes sont à explorer! Ci-dessous, vous trouverez quelques idées pour faire de votre arbre le plus inspirés des sapins :) 


 

Origami Megu a créé de jolies petites clochettes pour faire tinter Noël. A retrouver sur sa boutique pour 8.5€

Je suis très fan des ces boules de Noël recouvertes de toutes sortes de papier japonais: du washi coloré, du dentelle rakusui, du yuzen... Le DIY de ce mélange bohème chic est à retrouver le blog ArtClub.

Apparement, l'or, c'est super chic et c'est le 'it' de Noël. Du coup, c'est au Comptoir Poétique que l'on peut retrouver un duo Rouge & Or en étoile pour notre sapin (6€)

Je triche un peu, ce n'est pas du papier japonais. Mais j'adore les déco aux formes géométriques! Et Nancy Purvis (blog owens'olivia) nous offre un DIY pour les faire ! :D 

Le papier japonais se décline aussi en calendrier de l'avent. Ici, c'est Carnet Parisien qui vous propose son DIY pour en fabriquer un :) 

Et si vous voulez un peu plus de douceur pour les fêtes de fin d'année, inspirez-vous des tons pastel que Et-Louise-créa-la-feuille a choisi pour ses déco de sapin (mais toujours la touche chic et dorée!).

Allez, let's cover d'or notre sapin pour de bon! Cette fois-ci, on monte en carats avec les diamants en origami que Mademoiselle Claudine orne d'une golden touch via son DIY d'au moins 24 carats!

Et si, dans notre sapin, on mettait des anges...qui ressemblent à des kokeshi ? Ces créations originales habillées de tissu liberty sont à retrouver chez Les Pois Plumes (6€). En avec du papier japonais, ça donnerait quoi? 

Et puis, souvenez-vous, je vous proposais aussi un DIY simple pour faire des boules de Noël :) 

Couverture de livre en washi

Au Japon, lorsque l’on achète un livre (de poche), le libraire a la délicatesse de lui mettre une couverture. Pour le protéger et/ou cacher la lecture de son client aux regards indiscrets dans le métro, par exemple.

C’est aussi une bonne idée déco pour avoir une bibliothèque pleine de couleurs!

Du coup, je vous propose un pliage facile pour protéger votre livre préféré avec votre papier préféré. Cela attirera tous les regards, mais votre lecture reste bien secrète ;)

Vous pouvez retrouver la vidéo du pliage de la couverture sur la chaine Youtube de Washi Box. 

PS: le livre "Contes d'Ise" est un joli recueil d'histoires sous la forme de poèmes courts. C'est très relaxant. Est-ce que vous l'avez lu? :) 

Sous-verres en papier japonais & recette de thé cannelle-citron

Dans la Washi Box d'Octobre, il y avait un washi 'sugikawa' épais, confectionné à partir d'écorce de sugi, le cèdre japonais. J'ai joué sur le contraste entre ce washi brun et les bleu du mingei washi (dont je vous parlais dans le dernier article) et du washi katazome, un papier dont les motifs sont imprimés avec des pochoirs et de la pâte de riz. 

 

 

Et pour encore plus de couleurs pour la séance photo, j'avais préparé un thé chaud à la cannelle et au citron. Comme le résultat était délicieux, je vous donne ma recette ;) Pour 1 litre de thé, il vous faut: 

  • du thé noir (1/2 cuiller à café par tasse + 1/2 cuiller à café pour la théière)
  • 2 batons de cannelle
  • 2 citrons meyer. 
  • 75g de sucre (pour un thé modérément sucré). Vous pouvez remplacer le sucre par du miel si vous souhaitez un thé plus corsé :) 

Faites bouillir 1.5 litre d'eau. Mettez le thé dans un sachet ou une ampoule à thé. Découpez les citrons en 2 et gardez 2 tranches. Pressez les citrons, et passez la pulpe si vous souhaitez un thé clair. Une fois l'eau bouillante, réchauffer la théière avec un peu d'eau. Jetez l'eau et introduisez le thé et les batons de cannelle. Laissez infusez à volonté. Retirez le thé et les batons de cannelle pour ne pas les laisser trop infuser. Ajoutez le jus de citron, le sucre, et remuez. Mettez les 2 tranches de citron que vous avez réservé pour la décoration. C'est prêt :) 

 Citron meyer (photo:  treat-sf.com )

Citron meyer (photo: treat-sf.com)

J'ai utilisé des citrons meyer pour ce thé. C'est un très joli citron orangé dont l'acidité est beaucoup plus douce qu'un citron ordinaire. Le citron meyer a aussi un petit parfum de mandarine et de bergamote. Je suis fan de ce citron depuis que je l'ai découvert, et j'en mets volontiers dans mes desserts, gâteaux et boissons quand j'en trouve dans mon petit supermarché japonais.