Motif Japonais #9 - Karakusa

Karakusa - 唐草

Karakusa est un nom générique qui désigne les arabesques végétales, et plus spécifiquement aujourd’hui, le motif épuré de rinceaux sur fond rouge ou vert. D’autres variantes existent avec ou sans fleur (de la flore japonaise), bouton de fleur ou feuille. La variante avec petite feuilles/points est appelée tako-karakusa car elle figure les tentacule d’un poulpe (tako).  Le karakusa est aussi un motif que l’on retrouve appliqué à d’autres éléments de design comme un dragon ou des nuages. Cette combinaison se trouve souvent sur des objets de l’époque Nara et la grande influence de la culture chinoise (voir la collection du Shôsôin).

PS: vous pouvez retrouver le motif karakusa sur les washi de harikopaper.com :)

Origine

Ainsi, l’origine du motif japonais actuel se trouve, une fois encore, dans les échanges religieux du 8e s. entre le Japon et la Chine de la dynastie Tang, dont les arts ont eux-même été influencés par les échanges avec le monde arabe (d’où le mot arabesque et sa signification d’arbre de vie aux ramifications sans fin) sur la route de la soie. Le motif a surtout été popularisé par l’arrivée du bouddhisme au Japon car les instruments et habits de cérémonie en étaient ornés. Si tsurukusa (蔓草, lierre/vigne) est le nom originel du motif, le terme adopté karakusa (唐草) est apparu dans un écrit de l’époque Heian (8e-12e) et se traduit par herbe chinoise / de Tang, qui reflète donc l’origine du motif.

 Image :http://avantdoublier.blogspot.com

Image :http://avantdoublier.blogspot.com

 Image : http://bunka.nii.ac.jp

Image : http://bunka.nii.ac.jp

Signification

Censé représenter les longues fibres de lierre ou vigne vierge, le karakusa porte la signification de liens forts, d’un bonheur prolongé et d’une descendance nombreuse. Durant Edo, le motif était donc porté lors de cérémonies de mariage. Depuis la fin Meiji (19e s.), le motif est plutôt associé aux fameux sacs en tissus furoshiki, cette association remontant à la coutume Edo d’envelopper les cadeaux de mariage dans un tissu de karakusa. Dans la culture japonaise, le voleur est une figure représenté avec ce furoshiki sur le dos et contenant les objets volés dans une maison où il est donc habituel de trouver ce tissu. Durant les années 50-60, le furoshiki au motif karakusa fut de nouveau mis au goût du jour avec le comédien Tokyo Bondai, qui apparaissait avec sur les pochettes de disques et les écrans.